Actualités

Bénin/Chronique : Encore ‘‘démesure’’ de la préfecture !

Bénin/Chronique :

Encore ‘‘démesure’’ de la préfecture !

Angelo DOSSOUMOU

De quoi se mêle-t-il ? Jamais avare des décisions à polémique, que cherche-t-il encore là où il n’est pas invité ? Son pouvoir sur l’espace public, personne ne le lui dénie. Mais, contre toute attente, qu’il se pointe en administrateur de toutes les structures bancaires au point d’y imposer les moindres comportements, cela ressemble à un zèle nauséabond. Pourtant, le préfet Modeste Toboula n’en a que faire. Piqué par on ne sait quelle mouche, il vient d’interdire aux usagers des banques et institutions financières installées sur son territoire, l’usage des téléphones portables. Désormais, ce n’est plus, comme l’exigent les banques elles-mêmes, l’interdiction des appels dans les salles d’attente mais du Toboula à l’extrême qui ressemble à mettre carrément hors réseau les cellulaires.

Jusqu’ici, je veux bien croire que c’est une plaisanterie de mauvais goût. Mais non, le dernier arrêté préfectoral N°08/022/DEP-LIT/SG/SCAD portant mesures conservatoires relatives à ladite interdiction ne me laisse pas le choix que de me désoler. D’ailleurs, un préfet qui impose ses humeurs à tout vent confond généralement vitesse et précipitation. Sinon, modestement, il se serait renseigné et aurait su que les Banques sont des espaces privés. Mieux, que dans la plupart, il existe des cadres Vip où des clients peuvent prendre leur café et passer tranquillement leurs appels. Alors, de quoi et de qui parle le très controversé préfet du Littoral ?

A priori, cette mesure tirée par les cheveux sonne comme un coup d’épée dans l’eau. Déjà, difficilement les clients en attente de se faire servir dans les Banques s’abstenaient de prendre des appels ou d’échanger sur les réseaux sociaux. Justement, les cas d’urgence, personne ne peut les prévoir. Mais, un dispositif sécuritaire qui puisse donner la latitude au client de jouir du minimum de sa liberté d’échanger par téléphone, ça oui.

Je continue donc de croire, que le préfet Toboula a lâché la proie pour l’ombre. Incompétent dans la gestion administrative et règlementaire des banques, il s’est, tout simplement, trompé de cible. Et si tant est qu’il tient à une sécurité plus renforcée au sein des structures bancaires, libre à lui, avec l’appui du ministre de l’intérieur, d’échanger avec l’ensemble des administrateurs concernés et de trouver des formules plus censées. Mais là, pour ne pas faire économie de vérité, il cafouille et à ce rythme, la puissante autorité qui aime bien se faire respecter par ses administrés ne fera plus rire personne.

Pour toutes ces raisons, le mieux qu’il puisse faire, c’est de rapporter une décision qui, quoi qu’il fasse, ne servira à rien. Sans vouloir inciter qui que ce soit à la désobéissance, Toboula devrait savoir que dans un contexte où les Mo retirés sont revenus plus tôt que prévu, il ne devrait même pas se hasarder à toucher aux portables des Béninois. Mais bon, comme il est le seul à détenir le secret d’imposer des mesures impopulaires même là où il n’a rien à foutre, attendons de voir. Seulement, quand on sait que le client est roi, on ne le prive pas de son confort. Bien au contraire, on s’arrange pour qu’il en jouisse le mieux qu’il peut. Et s’il y a des intrus malintentionnés qui s’en mêlent, c’est aux offreurs de services de s’en charger. Mais, surtout pas à Toboula !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernière actualités

To Top