Actualités

Bénin / Chronique : Infantino, pour une première !

Bénin / Chronique :

Infantino, pour une première !

Angelo Dossoumou

Sport et Cultuel. Demain, ce sera le plat de résistance de l’actualité au Bénin. Pendant que les vodounsi seront à l’honneur, la famille footballistique aura sa première. Vous l’avez compris, dans un parallélisme Religion-Opium du peuple et Football-Passion des masses populaires, Gianni Infantino est au Bénin ce jeudi. Peut-être pour certains, cela n’a l’air de rien. Mais, sans vouloir heurter les sensibilités, le président de la Fédération internationale de football association, c’est un peu comme un Pape. Toujours est-il que la Fifa, comme le Vatican, c’est un grand couvent ou encore, une puissante institution aussi bien sur le plan économique que diplomatique.
Alors, Gianni Infantino au Bénin, c’est déjà un tapis rouge à dresser. En plus, quelles que soient les raisons que cache cette visite, c’est au moins des projecteurs braqués sur un pays qui, à l’évidence ne pèse pas lourd en matière d’influence au sein de la grande et puissante Fifa. Mais, après tout, c’est une voix et un soutien qui peut compter. D’ailleurs, pour ne pas trop entrer dans les détails, le mandat du Patron du sport-roi tire vers sa fin. Son prédécesseur, à son détriment, avait bénéficié au congrès électif de la Fifa, de la voix de l’ancien président de la Fédération béninoise de football, Moucharafou Anjorin. Là, les données ont changé. Car, c’est Mathurin de Chacus qui est désormais aux commandes, et c’est aussi Patrice Talon qui est à la Marina. Et comme, je n’aime pas trop croire au hasard, l’étape de Cotonou dans l’agenda de Gianni Infantino est un rendez-vous certes de campagne mais, il va sans dire qu’il revient au Bénin et surtout au Bénin footballistique de savoir tirer avantage d’une visite stratégique qui n’arrive pas tous les jours.
Déjà, on sait qu’avant que Gianni Infantino ne prenne congé de ses hôtes béninois, il signera un mémorandum d’entente Fifa-Gouvernement-Fbf sur le sport à l’école. D’ailleurs, j’ai ouï dire qu’il y a tellement d’opportunités, de subventions et de projets sociaux qu’offre la Fifa que les pays qui savent bien négocier et gérer en ont énormément profité pour relever le niveau de leur football. C’est dire qu’au-delà d’une audience à la Marina ou d’un passage au siège de la Fbf, de part et d’autre, il y a des intérêts en jeu. Particulièrement, pour le Bénin, l’occasion est belle pour solliciter l’appui de Gianni Infantino et de la Fifa en vue de l’intensification de la formation des jeunes joueurs et des encadreurs.
Sinon, malgré le projet Goal dont le Bénin a bénéficié et, par exemple, le Centre d’excellence de Missérété qui en est le fruit, il reste beaucoup à faire sur ce plan. Autre priorité de la Fifa et dont la Fbf qui a l’inouïe chance d’avoir le président Gianni Infantino à ses portes devrait, en principe, pouvoir tirer profit, c’est le financement réservé au football féminin resté, par ici, toujours en veilleuse. En somme, avec cette inédite attention du Patron du sport-roi à l’égard du Bénin, il y a des possibilités et il faut les saisir.
Maintenant, au cas où, dans un proche avenir, les retombées du passage à Cotonou de la délégation de la Fifa tomberont, souffrez avec moi, que sans une bonne organisation ou, si vous voulez, la parfaite entente des différents acteurs impliqués dans la gestion du football, rien ne bougera. Comprenons donc que le tout ne suffit pas de jurer par Infantino pour définitivement conjurer le mauvais sort qui, depuis des lustres, s’abat sur notre football. En un mot, par anticipation, bon séjour au patron du sport-roi au Bénin. Pourvu, que nous l’aidions à vraiment nous aider.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernière actualités

To Top