Non catégorisé

Bénin / Chronique : Remèdes pour ‘‘Jeunesse’’ !

Bénin / Chronique :

Remèdes pour ‘‘Jeunesse’’ !

Angelo Dossoumou

Vivace, pleine d’énergie, la jeunesse est toujours d’attaque et, une fois encore, elle serait en première ligne du combat politique pour le renouvellement du parlement. Dans la fleur de l’âge et dans la tranche de 18 à 40 ans, elle est pleine d’appétit. Et puisque lassée de servir d’échelle sans pouvoir bousculer la hiérarchie longtemps entretenue, l’approche des législatives de 2019 l’a fait saliver. Disons-le tout de suite, sans vouloir réveiller les vieux démons, avant les positionnements, il y a un conflit générationnel qui se profile à l’horizon. Nos pépés et mémés scotchés aux sièges du Palais des gouverneurs peuvent se le tenir pour dit, la relève est pressée de les mettre à la retraite. D’ailleurs, volontairement, les plus sages ont décidé de faire leur valise et de quitter les choses avant qu’elles ne les quittent.
Présents sur la scène politique depuis l’ère du Renouveau démocratique, ils ont fait leur temps. Normalement, à moins qu’ils pensent comme beaucoup d’autres que le pouvoir s’arrache et qu’il aurait fallu limiter le nombre de mandats pour les législatives, ils devraient prendre la porte de sortie et épauler ceux qui ont vraiment profité de leurs expériences. Sinon, dans un contexte sociologique en perpétuelle mutation, à quoi bon continuer de faire du neuf avec du vieux ? Si ‘‘jeunesse savait, si vieillesse pouvait’’, la dualité est d’actualité. Mais clairement, quelle que soit votre volonté, il y a une capacité qui ne résiste pas au temps. Alors, chers septuagénaires et octogénaires, rassurez-vous, vous êtes indispensables. Mais, après vous, ce ne sera pas non plus le déluge surtout qu’aux aguets, il y a une jeunesse avertie et consciente.
Par contre, je ne parle pas de celle-là, activiste de tous bords, sans aucune qualification ou initiative personnelle et qui, à la première occasion, ne fait que demander ce que leur pays peut pour eux et non ce qu’ils peuvent pour leur pays. Car, la jeunesse ne se limite pas au critère de l’âge et aux discours politiques creux. C’est aussi un comportement, une philosophie, un dynamisme et une capacité à répondre présent face aux enjeux de développement de la cité. En d’autres termes, la prétention aux honneurs politiques est d’abord synonyme de réussite sociale puis de militantisme en vue d’affûter ses armes pour non seulement parer aux coups tordus mais surtout, par sa vision, apporter sa pierre à l’édification d’une Nation prospère.
D’ailleurs, la vie est un processus mais ceux qui ne le savent pas et aiment les ‘‘parachutes’’, l’apprennent souvent à leurs dépens. Ainsi, et quoiqu’on dise, le renouvellement sociopolitique se fera au mérite et non avec des critiques sur la toile ou des raccourcis générationnels. Et donc, à la jeunesse politiquement ambitieuse, la clé pour s’ouvrir massivement les portes du Palais des gouverneurs, c’est d’être prêts sur tous les plans.
A priori, à part quelques arrivistes à extirper des rangs, il y a une jeunesse avant-gardiste, sans complexe et capable de poursuivre la tâche de reconstruction nationale. Il suffit juste de savoir faire le tri. C’est d’ailleurs pourquoi, comme le dit bien Victor Cherbuliez : « la jeunesse doit aimer l’autorité avant de la comprendre ». De plus, apprenez avec moi que c’est dans la fleur qu’il faut préparer les fruits surtout que tout sourit à la jeunesse et tout s’assombrit pour la vieillesse. Ce sont des vérités implacable et nous devons faire avec.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernière actualités

To Top