Non catégorisé

Bénin / Chronique  : Solidarité pour sinistrés

Bénin / Chronique :

Solidarité pour sinistrés

Angelo Dossoumou

Martyrs de l’incivisme à Dantokpa, la solidarité nationale a tardé à agir mais ne les a pas oubliés. Après trois longues années d’attente, les 608 sinistrés recensés de l’incendie du 31 octobre 2015 ont de bonnes raisons de pousser un ouf de soulagement. Chose promise et finalement, ils ont officiellement reçu hier, leurs chèques de compensation des dommages subis. D’après le Comité chargé de la mobilisation des ressources (Comores), piloté par le président du Ces, il est à retenir que les donateurs nationaux et internationaux ont mobilisé une somme de 287. 315. 697 FCFA. Et si, comme on peut le constater, cette cagnotte est insuffisante pour faire face à la reconstitution du capital des victimes des flammes destructrices à Dantokpa en 2015, le président Talon n’est pas resté plus longtemps insensible à la situation que traversent ces cas sociaux hérités de l’ancien régime.
Au nom d’une solidarité nationale agissante, ce sont 500 millions qui ont été débloqués des caisses de l’Etat pour, un tant soit peu, avec 1.279.800 FCFA par personne, essuyer les larmes des sinistrés. Et ceci, à un moment où plus personne n’y croyait. Un peu comme pour dire, « laissez le temps au temps, je n’oublie pas vos peines et vos souffrances », le chantre du Nouveau départ vient, par cet acte, de donner la preuve d’un humanisme et d’une compassion à l’endroit des affligés que ses détracteurs ont tôt fait de lui dénier. Mais, osons le dire, dans ce dossier, malgré le fait que toutes les promesses d’un populiste ne l’engage pas et qu’il y a tellement de priorités en attente, il a agi et, bien évidemment, ce serait surprenant que ça ne soit pas au-delà des espérances de bon nombre de sinistrés.
A l’époque, il faut rappeler que le régime défunt, au sortir d’un conseil extraordinaire, avait promis s’occuper prioritairement du cas des sinistrés de Dantokpa. Déjà, en les relogeant provisoirement sur des sites appropriés, le temps de reconstruire, dans un délai de deux mois au plus, les 155 places ravagées par les flammes. Ensuite, il était convenu d’un soutien financier du gouvernement en faveur des sinistrés, en vue de la reconstitution du capital. Mais hélas ! Il est plus facile de promettre que de toujours tenir à sa promesse.
Maintenant, convenez avec moi que, dans ce cas-ci, il y a une continuité salutaire et qu’il n’est point besoin de rappeler que, quand il y va de l’intérêt du peuple et que la disponibilité financière y est, le principe doit être le même. Une fois encore, c’est dire que chaque chose a son temps. Et là, en l’espace de quelques semaines passées dans une année annoncée pour être très sociale, chacun peut, d’ores et déjà, tirer sa propre conclusion. A mon avis, le meilleur reste à venir.
Cependant, et puisqu’il s’agit d’incendie à Dantokpa dont le dernier en date remonte au 29 janvier dernier, je serais davantage heureux, en attendant la relocalisation envisagée vers Calavi, des dispositions sécuritaires prises pour prévenir ce genre de sinistre. Autre chose, les Assurances sont faites pour ça. Alors, oui à la solidarité nationale et internationale mais n’oublions pas que le père Noël ne descend pas tous les jours. Enfin, pas pour réparer les mêmes erreurs qui produiront les mêmes effets. Surtout pas car, à ce rythme, elle deviendra une règle et tout simplement un jeu pour les pyromanes. Prenons garde !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernière actualités

To Top