Benin/Culture: Yves Pèdé entre dans l’immortalité des artistes

Benin/Culture:

Yves Pèdé entre dans l’immortalité des artistes

Né en 1959 à Abomey, Yves Apollinaire Pèdé est un artiste autodidacte , qui a articulé ses premiers travaux autour des bas-reliefs d’Abomey. Dans une interview accordée à Bénincultures, l’artiste a fait savoir que ses premiers travaux s’inscrivent dans l’optique de donner une nouvelle existence au relief de la ville qui l’a vu naître. Il réalise ensuite des peintures à base de sable, représentant des célébrités comme Kwame Nkrumah et Nelson Mandela. Enfin, il s’intéresse aux tapisseries et textiles, inspirées du vaudoun et des symboles de la culture dahoméenne. Les cauris , les amulettes, les perles et même la ferraille entrent en ligne de compte dans cette dimension cultuelle de son art .D’aucuns pensent qu’il est lié aux artistes haïtiens et cubains , pour une communication des religions afro-américaines.
Connu dans les lieux publics que dans les réserves de collectionneurs nationaux et internationaux, l’artiste plasticien et sculpteur Yves Pèdé a valorisé le Bénin au cours de plusieurs expositions. Grâce à son art , les couleurs tricolores du drapeau béninois ont flotté lors du 6è sommet de la francophonie, Hall des arts Cotonou (1995). Il a également participé au Panorama de l’art contemporain africain, galerie Yahia, en Tunis(1994), à l’Art contemporain en francophonie , Port Louis, république de Maurice, aux Ferrailles divines, grand halle Paris et à l’Art vaudoun, Nestles Paris.

En 1996, l’artiste fait son entrée au panthéon de l’UNESCO grâce à un tableau effigié aux masques Guèlèdè et Égoun-égoun, une inspiration puisée des tréfonds de l’héritage cultuel béninois.

Mais il y a peu, la nouvelle de son décès est tombée comme un couperet. À l’âge de 60 ans, Yves Apollinaire Pédé s’est éteint, emportant avec lui tous les secrets de son art, plongeant ainsi sa famille, et le monde artistique dans une consternation sans précédent. Un hommage mérité à la hauteur d’un homme de son rang est nécessaire , pour accompagner la mémoire de ce talent qui entre désormais dans le monde de l’immortalité des artistes.
Salut l’artiste !

Hermas K. HOUINDO

Read Previous

Bénin/ Politique. Les femmes du Couffo s’imprègnent du Micro crédit mobile

Read Next

Bénin / Chronique Chasse aux Voyous !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *