Actualités

Bénin/Éditorial : La gouvernance des records

Bénin/Éditorial :

La gouvernance des records

Les distinctions sourissent aux méritants. Autrement dit, il faut agir avec objectivité, loin du populisme emphatique pour impacter le grand nombre en terme de gouvernance économique. Depuis qu’il a pris les rênes de notre pays, en Avril 2016, Patrice Talon a très tôt accordé d’intérêt à ce célèbre maxime. Il ne s’est pas laissé atteindre par la course-poursuite lancée à son égard par les acteurs politiques installés à l’antipode de ses actions. Malgré les vifs geignements auxquels est confrontée la frange de ses concitoyens frappés par le revers de ses réformes, il solidifie sa détermination et reste jusqu’au-boutiste.

Quelques mois, après qu’il a lancé l’artillerie de développement savamment conçue dans son Programme d’Actions du Gouvernement (PAG), les organismes internationaux, après de profondes évaluations sont séduits et expriment au quotidien leur grande satisfaction. Il enchaîne au quotidien, des distinctions; des prix; des records de performance, pour le caractère salvateur des réformes politiques, économiques, institutionnelles et tutti quanti, pour les exploits réalisés.

Le rapport 2018 de Transparency international sur l’Indice de Perception de la Corruption (IPC) publié par le réseau Social Watch Bénin à l’occasion d’un point de presse le mardi 29 janvier 2019, à Cotonou, a salué la performance du Bénin même si l’effort à ce niveau n’a pas été colossal, et que dans le classement ,notre pays est resté statique. Passé de la note de 39 sur 100 en 2017 à 40 sur 100 en 2018, le Bénin a amélioré, sous la rupture, l’indicateur, « Variété de démocratie » en occupant le rang de 85 ème sur 180 pays évalués.

Il ne serait point utile de rappeler les nombreux soutiens obtenus par ce pouvoir au regard des multiples accords de prêts consentis par les institutions financières internationales comme la Banque Mondiale. Patrice TALON et son gouvernement ne s’arrêtent de conduire le PAG qui force admiration et contribution.

Pas plus tard qu’avant hier, la Commission de l’Union Économique Ouest Africaine (UEMOA) , suite à une rigoureuse évaluation a placé le Bénin à la tête des huit (08) autres pays de la commission. Avec une prouesse remarquable de 80,2% en 2018 contre 63,17% en 2017, Abdallah Boureima a reconnu sans ambages ce record de performance jamais égalé dans aucun pays de l’Union depuis l’institution de la reçue en 2013. Tant d’indicateurs qui annoncent de bons auspices pour notre pays qui est engagé depuis bientôt trois (03) ans dans les réformes qui sortent notre économie des méandres de la gabegie financière sous laquelle il ploie depuis bien longtemps.

On ne pourrait qu’encourager au dictamen, le régime de la rupture pour cet engagement à instaurer la bonne gouvernance, gage de développement durable. Visiblement, la rupture, entretient une gouvernance de toutes les performances.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernière actualités

To Top