Actualités

Bénin/ Justice: Institution de la CRIET, les faits donnent raison au législateur

Bénin/ Justice:

Institution de la CRIET, les faits donnent raison au législateur

G/B

Le procès Icc-Services est désormais conjugué au passé. S’il est vrai que ce procès historique a permis de situer les responsabilités relativement à cette affaire qui donne le tournis, il n’en demeure pas moins, qu’il aura révélé à la face du monde, les mérites d’une juridiction spéciale. La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), s’est en effet inscrite dans les annales de l’histoire de la justice béninoise à la faveur de ce procès qui faisait jadis, l’objet de beaucoup d’appréhensions.

Le professionnalisme procédural, la rigueur juridique et la pédagogie de prétoire qui ont caractérisé les débats tout au long de cette audience criminelle sur l’affaire Icc, ont dissipé les craintes de beaucoup d’incrédules et de sceptiques.

Avec le professionnalisme qu’il a imprimé à ce procès historique, nul doute que le président de cette juridiction spéciale mérite des lauriers. Edouard Cyriaque Dossa s’est en effet révélé au peuple au cours de cette session criminelle de la Criet de par son impartialité et sa fermeté dans la conduite des débats.

Beaucoup ont tôt fait de maudire le jour où advint la loi N°2018-13 du 18 mai 2018 modifiant et complétant la loi n° 2001-37 du 21 août 2002 portant organisation judiciaire en République du Bénin et création de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme. Que de diatribes, que de suspicions, que de critiques acerbes vis-à-vis de cette juridiction que nombre de mauvaises langues vouaient aux gémonies ?

A la croisée de chemins, les faits finiront par donner raison au législateur qui, face à l’engorgement des tribunaux ordinaires, a senti la nécessité de mettre sur pied une juridiction qui se penchera exclusivement sur les crimes économiques et autres infractions connexes.

La célérité dans la reddition des décisions, doublée du professionnalisme hors pair dont font montre les magistrats affectés à cette nouvelle juridiction, finiront par convaincre les uns et les autres de la nécessité de sa création.
Avec ce procès, les inquiétudes des uns et des autres sont dissipées et beaucoup de Béninois ont du mal à cacher leur fierté vis-à-vis de la Criet, une juridiction qui s’emploie, lentement mais sûrement à redonner à la justice béninoise, toutes ses lettres de noblesse.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernière actualités

To Top