Actualités

Urgent : Bénin/Malversations financières  dans la gestion du Riz Japonais : Fatouma Amadou Djibril et des responsables de l’Onasa en garde à vue à la BEF

Urgent :

Bénin/Malversations financières  dans la gestion du Riz Japonais :

Fatouma Amadou Djibril et des responsables de l’Onasa en garde à vue

-LES PHARAONS- J. Hathor

Sale temps pour les fossoyeurs de l’économie béninoise. Une source proche du groupe de presse FRATERNITE a  révélé dans la nuit de ce jeudi 23 Novembre 2017, que l’ancienne ministre de l’agriculture et plusieurs anciens responsables de l’Onasa seraient en garde à vue.  Selon les premières informations, il s’agit visiblement d’une affaire liée aux malversations financières  relevées par le conseil des ministres  courant Juillet 2017, dans la gestion des boutiques témoins de l’Onasa.  Les  révélations   de cette énième affaire de corruption, sont croustillantes.

Il ressort des différents éléments que la gestion de l’Onasa entre 2012 et 2015  a été émaillée de nombreuses irrégularités qui ont porté  préjudice à l’Etat. Les auditeurs avaient relevé  plusieurs irrégularités notamment dans l’utilisation des dotations de fonds de sécurité alimentaire occasionnant des manques à gagner estimés à plus de 1,7 milliards de FCFA. Il a été remarqué que les points de vente de l’Onasa ont été réalisés à des prix supérieurs aux prix de cession fixés par décret, mais dont les montants ont été minorés dans les rapports de campagne, une somme de plus de 824 millions de FCFA évaluée lors de la reconstitution sur la base des prix réglementaires des montants des ventes à partir des stocks vendus.

On note aussi une non fiabilité des informations financières à savoir, une surévaluation de 657 millions de FCFA pour les montants des achats par rapport aux données de l’office, le prix d’achat élevé des produits aux plafonds fixés par décret et la charge additionnelle pour l’Etat est estimée sur la période à un montant de 257 millions de FCFA.

Au niveau comptable bien que l’ONASA soit doté d’une direction financière et comptable et d’une cellule d’audit interne, le système comptable n’a pas été organisé de façon à pouvoir rendre compte de l’utilisation des dotations de fonds de sécurité alimentaire de manière fiable et transparente. Le cabinet a noté  l’absence d’un suivi analytique des opérations d’achats et de ventes de riz et de maïs mais relatives aux fonds de sécurité alimentaire, l’absence de suivi des frais d’achat et de vente, le non enregistrement des opérations de vente du riz « don japonais » dans la base comptable.

 

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top